Noir comme une présence

20190614-Noircomme une présenceLa compagnie Emeranox nous présente le spectacle « Noir comme une présence « .
Isabelle Rotolo évoque la vie d’un mineur d’origine sicilienne dans les profondeurs de la Grand Combe.
voir : lien
Le spectacle sera suivie d’un repas préparé par les 2 familles réfugiées.
Le prix est libre, la recette ira aux 2 familles.

Un co-voiturage est organisé. Rendez-vous sur le parking de la poste de St-Jean du Gard à 17h30.

 

Quelques photos pour témoigner de la soirée . Le spectacle a été très apprécié, des spectateurs sont restés pour déguster les préparations des 2 familles de réfugiés. Merci à tous pour  votre participation

De Lutzia Sonorum- Concert a Cappella

Le trio de "de Lutzia Sonorum"
Le trio de « de Lutzia Sonorum »

Concert au profit de l’association Abraham Mazel
Dimanche 30 juin à 18h
« De lutzia sonorum» au temple de Mialet.
 Polyphonies vocales

Voyage « a cappella » autour de musiques anciennes et traditionnelles.

Aurore Delighazarian, Cécilia Simonet et Virginie Ardaen sont trois chanteuses formées aux musiques de tradition orale.

Elles travaillent « a cappella » sur un répertoire de chants monodiques et polyphoniques ainsi que sur des créations. Baignées dans une écoute attentive, avec leurs voix comme outils, elles fabriquent, sculptent et peaufinent l’architecture sonore du trio.

voir lien

Théâtre « La puissance du manque » Raymond Ceuppens

La puissance du manque
La puissance du manque

 

De «La puissance du manque» texte théâtral de Raymond Ceuppens :

L’auteur est un écrivain prolétarien.
Il était ouvrier marinier, et photographe à temps perdus dans un quartier de Bruxelles où se concentrait une pauvreté insondable.
Sa pièce est inspirée directement de cette expérience de plusieurs années, révélatrices d’anecdotes auxquelles il a été mêlé et qui ont déclenché chez lui une profonde et pathétique envie de comprendre et mesurer les fondements complexes de la pauvreté.
Julius, son personnage pivot est convaincu qu’il est impossible de lutter pour son éradication si on ne parvient pas à dire tout ce qu’elle est, tout ce qu’elle entraîne, tout ce qui la provoque. Il se lance donc, jusqu’à négliger sa propre misère, jusqu’à mettre en péril sa propre vie familiale, dans des recherches qui devraient lui permettre de dresser la liste de tous les manques qui caractérisent la pauvreté.
Le manque d’argent est certes le plus apparent, mais il est loin de rendre compte des misères, des drames, des doutes et des révoltes que les pauvres vivent et affrontent.
Julius est ainsi estomaqué par l’énergie que les pauvres parviennent à déployer pour simplement survivre. S’il leur était possible de la mettre ailleurs, elle serait une formidable puissance pour l’humanité.

La pauvreté est un mal, dit Julius. Un mal contagieux. Quand elle intervient, lutter contre elle est d’une difficulté extrême.
Il est impératif qu’on la prévienne… avant qu’il ne soit trop tard.

Débat avec  « Les restos du coeur »,  la « Boutique solidaire » de l’Oustal à Saint-Jean du Gard et  « L’entraide »de Mialet.

20190427-Raymond Ceuppens

 

Conte théâtralisé « Le roi des Fantômes »

Conte théâtralisé et musique tiré du film Satyajit Ray
Conte théâtralisé et musique tiré du film Satyajit Ray

Pour fêter l’an neuf, Anne Taupin vous propose un conte théâtral, une adaptation du film « le roi des fantômes » de Satyajit Ray.
Gupi et Bagha se retrouvent dans la forêt après avoir été bannis par le roi de leur village.
Dans la forêt, ils rencontrent le roi des fantômes qui leur accorde 3 vœux pour les récompenser de leur innocence.

Le spectacle sera suivi d’un goûter.

 

 

Duo Azarak

En soutien aux familles de réfugiés, le duo Azarak propose un concert le samedi 3 novembre à la maison Abraham Mazel. le concert sera suivi d’un repas partagé.

concert Duo Azarak
concert Duo Azarak

Le Duo Azarak est né en Inde en 2002, de la rencontre entre Sukanta Bose, chanteuse traditionnelle du Bengale, et Alexandre Jurain, musicien français venu étudier la musique classique hindou et l’Esraj, un instrument à cordes frottées à la sonorité poignante et la tessiture émotionnelle étonnante. Leur répertoire se situe à la croisée des musiques indienne, celtique, traditionnelle et contemporaine. Azarak est le nom du fleuve imaginaire aux abords duquel le duo nous invite au voyage. Un pays que l’on découvrira à travers les chants, en langue azarakienne, des peuples qui habitent ses rives et qui s’épanouissent dans la vibrante liberté de la nature, auprès des rivières et du feu, sous les arbres et le vent…

 

« Stan et Ulysse, l’esprit inventif  » de Benjamin Hennot

 « Stan et Ulysse, l’esprit inventif » de Benjamin Hennot. 2018. 63’

En présence du réalisateur.

Salle Stevenson, 30270 St-Jean du Gard , samedi 20 octobre à 21h

Bruxelles 1940
« Stan & Ulysse , l’esprit inventif » de Benjamin Hennot

Site du film :  www.stanetulysse.com

Extraits de la presse belge :
 « Roboratif! », Imagine
« Stan & Ulysse devrait être présenté aux cours d’histoire
mais aussi de philo et de citoyenneté », La Libre Belgique
« Créatif » et « Onirique », Le Soir
« A l’image de ses protagonistes, Benjamin Hennot fait preuve
d’une belle inventivité », Cinevox
« Témoignages plein de verve, archives précieuses et…
images de western », Le Focus-Vi
« Expérimental presque abstractif »,
« Un mixage sonore hallucinant »,
« Il est fascinant de suivre les pensées du réalisateur
à partir des paroles des deux intervenants. Jamais il ne les bride
mais on peut sentir sa lutte pour les découper, les étendre, les imager.
Bref, en faire du cinéma », Cinergie

Synopsis : Bruxelles 1940. André, 16 ans, rejoint Marcel qui en compte 18. Tous deux s’engagent dans un groupe de Résistance très autonome, le Groupe D du Service Hotton, et se rebaptisent l’un Stan, l’autre Ulysse. En 1942, ils installent un maquis dans la région de Chimay et Couvin. La population les soutient, l’Occupant les craint. Et pour cause : le « sabotage und widerstandgruppe Franckson » multiplie les coups d’éclat. Attaques de locomotives, incendies de dépôts de bois-carburant, hold-up, duels au revolver, embuscades meurtrières, neutralisation de bourgmestres rexistes, coupures du câble Berlin-Paris, fusils et poudres en tous genres…

 

Théâtre: « La fin de l’homme rouge » (ça s’est passé le mardi 31 octobre…)

On a dû refuser du monde !
On a dû refuser du monde !

affiche homme rouge

 à la Maison Abraham Mazel à Falguières (Saint-Jean-du-Gard) le mardi 31 octobre à 20 heures.

1917 -2017

Le centenaire de la révolution soviétique
qui a conditionné l’histoire mondiale du XXème siècle

C’est dans cette perspective que le Théâtre des Rues, compagnie belge de théâtre-action, nous propose sa nouvelle création, adaptée du livre éponyme de Svetlana Alexievitch, Prix Nobel de Littérature 2015.

La Fin de l’Homme rouge ou le temps du désenchantement

« La Fin de l’Homme rouge » est un spectacle polyphonique singulier, qui fait résonner les voix de témoins brisés. Des humiliés et des offensés, des mères déportées avec leurs enfants, des staliniens impénitents malgré le Goulag, des enthousiastes de la Perestroïka ahuris devant le capitalisme triomphant et, aujourd’hui, des citoyens désemparés face à l’instauration d’un nouvel Etat fort. Tous porteurs de question existentielles et qui nous disent : « Qui êtes-vous pour nous juger ? Qu’auriez-vous fait de mieux à notre place ? »

3 comédiens avec une belle énergie!
3 comédiens avec une belle énergie!

Un spectacle qui nous interroge sur les choix politiques de l’Union européenne, comme sur la compréhension que nous devrions avoir de la Russie contemporaine. Au-delà des pouvoirs en place, quelles complémentarités les peuples russes et occidentaux peuvent-ils concevoir ?

Le nombre de places étant très limité, il est indispensable de réserver: 06 56 76 96  90.

Durée du spectacle : 1 heures 50

Pour plus informations : Théâtre des Rues 04 66 61 82 49

courriel : theatredesrues@skynet.be

Et pour terminer la soirée:un bortch lituanien , extra!
Et pour terminer la soirée:un bortch lituanien , extra!