422 views

communication après le référendum de Nouvelle-Calédonie

Message de l’Association Abraham Mazel à propos de la troisième consultation d’autodétermination prévue par les accords de Nouméa pour un référendum sur l’indépendance de la Nouvelle Calédonie.

 

Proclamer une victoire du Non à l’Indépendance suite à un vote le 12 décembre  2021 à caractère politique et non juridique, auquel la majorité de la population concernée n’a pas participé, est une absurdité débouchant sur une impasse démocratique qui ne devrait échapper à personne.

 

Y compris à l’actuel gouvernement français qui, dans ses premières réactions à l’annonce des résultats, semble avoir abandonné les promesses antérieures de la France: celles de 1946 à l’ONU, celles de 1988 avec les accords de Matignon, celles de 1998 avec les accords de Nouméa, et enfin celles d’octobre 2019, portées alors par la voix de son premier ministre Edouard Philippe lors de la 19ème session du comité de suivi: « L’Accord de Nouméa prévoit que, en cas de non au deuxième référendum, il est possible de tenir un troisième référendum dans les deux ans qui suivent le deuxième. Nous avons exclu que cette troisième consultation puisse être organisée entre le milieu du mois de septembre 2021 et la fin du mois d’août 2022. Il nous est collectivement apparu qu’il était préférable de bien distinguer les échéances électorales nationales et celles propres à l’avenir de la Nouvelle-Calédonie ».https://www.vie-publique.fr/discours/271226-edouard-philippe-10102019-nouvelle-caledonie-accord-de-noumea .Or c’est sur cette base que les indépendantistes ont demandé l’organisation de la consultation en septembre 2022 (soit après les élections présidentielles française et non avant conformément à l’accord collectif).

 

On sait que cette ultime parole de l’Etat a été reniée, suite aux pressions des adversaires locaux et nationaux du processus de décolonisation, pourtant préparé collectivement et soigneusement de si longue date, et qui avait finalement abouti à un premier rééquilibrage prometteur des pouvoirs dans des institutions largement autonomes prévues par ces accords de Nouméa. Institutions qui ont fait la preuve de leur fonctionnement acceptable par tous.

 

Pour un libre avenir de paix et de prospérité partagée, il conviendrait donc que toutes les parties prenantes du processus de décolonisation, et des accords qui se sont succédés dans ce cadre, renouent un dialogue apaisé pour maintenir en place à titre transitoire les institutions de l’accord de Nouméa et pour poursuivre la construction d’un projet collectif viable, respectueux des droits et de la dignité des toutes les composantes de la société calédonienne – et en particulier de son peuple autochtone, conformément à la Charte des Nations Unies. C’est politiquement souhaitable et juridiquement possible puisque ce référendum a été conçu et nommé comme une « consultation », dont les résultats ne sont pas juridiquement contraignants mais appellent à de nouvelles avancées juridiques acceptables et significatives pour satisfaire de manière équilibrée les populations du territoire dans leur diversité.

 

Association Abraham Mazel, le 13 décembre 2021