Poivrier 57, Automne 2015

Sommaire du Poivrier 57, Automne 2015

  • Édito. Alix Gilles
  • Message de notre ancien gardien -maçon, Claude Callus.
  • Des nouvelles de la commission travaux. A. Gilles.
  • Thème 2016 : »Murs et espaces nouveaux ». J. Verseils
  • « Parlons finances ». C. Boucon
  • Présentation du livre « Gumri, Arménie:si loin du ciel » de J.-L. et Varduhi Sahagian.
  • « Sauver un patrimoine en développant de nouvelles initiatives collectives de qualité ? » Flore, Sophie et Na’ama.
  • « Quel avenir pour l’agropastoralisme et la ruralité en Cévennes ? » Hubert Pfister.
  • « Partager le travail pour en finir avec le chômage ? » J.-M. Delcourt.
  • « Question de culture » Chanson d’Elisa Mathes-lo. Musique : Pierre Mathes.

Le nouveau site web de l’Association Abraham Mazel

Les surfeurs cherchant des informations sur l’association Abraham Mazel et ses activités avaient l’habitude de les trouver sur le site « Voila », hébergé par « Orange » depuis 13 ans. Cet hébergeur ayant décidé de supprimer l’ensemble de ce service le mardi 17 novembre 2015, l’adresse abrahammazel.voila.net/ n’existe donc plus.

Page d'accueil de l'ancien site de l'associationUn site en préparation attendait de prendre la relève. Nous avons le plaisir de le présenter aujourd’hui, bien qu’il soit encore en cours de « finalisation ».  D’ores et déjà, enregistrez la nouvelle adresse du site en la plaçant dans les « favoris » ou les « marque pages » de votre navigateur habituel:
http://www.abrahammazel.eu

Souhaitons longue vie au nouveau site web de l’association Abraham Mazel

Soirée débat Samedi 28 novembre 2015

Logo Luttes et ResistancesEn partenariat avec Cinéco, dans le cadre du mois du film documentaire; salle Stevenson à Saint-Jean du Gard: Soirée débat autour du thème « Droit des femmes et traditions, là bas et chez nous ».  A 19h, documentaire « Fatuma et Asya » de F. Sincich (59′) et débat avec Mariane Lavabre, auteur de « Voyage ethno-photographique au pays de l’infibulation ».  Petite restauration sur place.

A 21h film « Difret » (2015, 1h39) de Zeresenay Mehari. En Éthiopie, la tradition veut que la future épouse soit enlevée;  c’est ce qui arrive à une jeune fille 14 ans… Histoire vraie. Film produit par l’actrice Angelina Jolie.

Bande annonce du film

Casse-croûte philo le vendredi 27 novembre 2015, à 18h à la Maison Mazel à Falguières

Moutons2avril.2jpg
Quel avenir pour l’agropastoralisme et la ruralité en Cévennes ?

Nous débattrons de ce sujet avec Hubert Pfister, ancien maire de St Martin de Lancuscle et des éleveurs du coin.
Les tous petits élevages cévenols traditionnels sont menacés par la réforme de la politique agricole commune (PAC).
1) Quels sont les risques sociaux, économiques, culturels et environnementaux pour les Cévennes : déprise agricole, nouvel exode rural, friches et incendies, perte de biodiversité., augmentation de résidences secondaires au détriment de l’habitat permanent.
2) Quelles actions pour résister : Faire reconnaître l’agro-sylvo-pastoralisme comme pratique actuelle. Faciliter l’accès au foncier agricole. Soutenir l’habitat permanent de personnes en activité. Nouvelles formes de propriété. Auto-constructions. Actions collectives.
Apportez quelques produits locaux à partager et votre couvert.
Renseignements : 04 66 85 33 33.

C’était hier soir, très intéressant : avec Hubert Pfister, ancien maire de St-Martin de Lancuscle, une  éleveuse de brebis raiole de Soudorgues, un éleveur-maraîcher de Corbès, un habitant de yourte de St Jean du Gard et des membres de « La logeuse » de St Germain de Calberte.

P1030005

Voir l’affiche

Maison Mazel : les 20 ans de l’achat de la maison

Elie 5P1020854 (2)groupe4

Samedi 24 oct. 2015 à la Maison Mazel venez fêter les 20 ans de l’achat de la maison !
Renseignements 04.66.56.68.18

PROGRAMME

16h Accueil. Possibilité de visiter la maison.
16h30 Inauguration du chemin.
17h  «L’achat de la maison Mazel : une belle aventure»
par ceux qui l’ont commencée.
18h  «Présentation du projet de réhabilitation par l’architecte» J.L.Roux.
19h  Vernissage de l’exposition : «Impressions Mazel», peintures,photos…
Exposition visible sur place jusqu’au 1er novembre et ensuite
à la Médiathèque de St Jean du Gard.
19h30 Repas partagé. Chacun apporte un plat salé ou sucré pour 4 pers.
Boissons offertes.
Animation par le groupe «Héliotrope» au chapeau.

Les rencontres d’été 2015 – « L’Étranger »

Présentation du programme : Vidéo de Ch. Ugolini 

                                                                                 

vendredi 3, samedi 4, dimanche 5 juillet 2015

Salle R.L. Stevenson, Saint-Jean du Gard : le 3
Maison Mazel, hameau de Falguières, St-Jean du Gard : les 4 et 5
Renseignements: 04 66 85 33 33
Contact
et page face book
L’étranger. Qui es-tu ? Es-tu l’arraché d’une terre ? Fuis-tu persécutions ou misère? As-tu choisi ton voyage? Est-ce exil ou espoir ? Y a-t-il quelqu’un pour t’accueillir? Es-tu l’étranger pour l’éternité ?
L’étranger. Qui suis-je ? Étranger pour les autres, étranger pour moi-même, étranger en moi-même ?
Conférence, exposition, théâtre, chanson: autant de moyens d’approcher un thème vaste, de l’intime au politique, de l’histoire à la culture, de la génétique à la musique, de l’Europe aux Cévennes.
Chaque conférence est suivie d’un débat et fait l’objet d’un enregistrement disponible sur place.
Vendredi 3 juillet, salle R.L.Stevenson à St-Jean du Gard 21h, soirée inaugurale : Bertrand DICALE : « L’étranger dans la chanson française. »Notre culture populaire ne demande pas que l’on ferme les frontières et qu’on rejette à la mer les migrants. Au contraire, les chansons sont nombreuses qui, de Piaf à Cabrel et de Brassens à Bénabar, tendent la main à l’étranger. Mais cela dissimule des ambiguïtés parfois surprenantes…
B. Dicale est journaliste à France Info et auteurs de plusieurs livres sur la chanson. La conférence sera illustrée musicalement.
Samedi 4 juillet, Maison Mazel, Falguières, St-Jean du Gard.
10h, Visite de la Maison Mazel : son passé ,son présent, son avenir.
11h , André LANGANEY: « 1000 siècles de migration »
A. Langaney est généticien, professeur à l’université de Genève, jadis au Musée de l’homme. Il est aussi chroniqueur satirique.
12h, Vernissage de l’exposition de photographies de Bernard BLANGENOIS : « Étrange étranger »
B.Blangenois est écrivain et photographe en Cévennes. Son exposition sera visible tout l’été.
13h, Repas (12euros tout compris)
14h30, Table ronde autour du thème « Accueillis/accueillants en Cévennes »
Néo-cévenols, Juifs cachés pendant la guerre, réfugiés des guerres du 20e siècle: des témoignages. Modérateur : Jacques Verseils.
16h, Claire RODIER : « L’Europe est-elle en guerre contre les migrants ? »
C. Rodier est juriste au GISTI et vice-présidente de MIGREUROP.
17h30, Emmanuelle GUATTARI : « La langue étrangère, une expérience de déplacement, de la clinique de La Borde à New York ».
E. Guattari est écrivain. Fille de Félix Guattari, elle a passé son enfance à la clinique de La Borde.
Dimanche 5 juillet, Maison Mazel, Falguières, St-Jean du Gard .
10h, Visite de la Maison Mazel, son passé, son présent, son avenir.
11h, Jean François BERDAH : « Le diable en France. La tragédie des Républicains espagnols et la politique de la France (1936-1945)
J.F.Berdah est maître de conférence en histoire contemporaine de l’Europe à l’université de Toulouse.
13h, Repas (12euros tout compris)
14h, « TERRA MEMORIA » ,Chants du monde. Chorale sous la direction de Pierre De Goër.
14h30, Claire AUZIAS : « Les Roms, des étrangers ? »
C.Auzias, historienne, est spécialiste des Roms. Elle est aussi féministe et anarchiste…
16h, Claude DALBERA GEMINARD, Aminata DAO et Irénée KARFASO DOMBOUE : « L’étranger dans la culture du Burkina Faso : une approche originale pour la paix sociale et l’accomplissement de soi ».Cette conférence sera illustrée par une petite prestation théâtrale.
C. Dalbera Géminard est consultant en économie et droit de l’éducation,ancien secrétaire de « Frère des hommes »,il a beaucoup résidé au Burkina Faso.
I. Karfaso Domboué ,conteur africain d’origine burkinabé .Il enseigne l’économie à l’université de Montpellier.
A. Dao ,artiste et comédienne burkinabé vit et travaille dans la Vallée Borgne.
17h30, « Etre étranger, être étrange »Table ronde finale avec nos invités et le public. Modérateur: Eckart Birnstiel.
19h, Tout finit par des chansons : Apéro-chansons avec « Sanslesnommer », un groupe de musiciens qui vous enchantera et vous fera chanter sous les étoiles.
EXPOSITION : « CINQRONISATION » A partir du 1er juillet et pour tout l’été, les alentours de la maison accueilleront des créations et installations de cinq artistes en dialogue avec le paysage :
E. Atger, C. Bécot, B. Bertelle, A. Bugard et J.Guit.
STANDS de : Librairie Sauramps, Artisans du monde, La Cimade.
Prix d’entrée libre pour les conférences et la soirée du dimanche. L’argent servira à payer déplacements et repas des intervenants, sonorisation, affiches et programmes.
MERCI à tous les bénévoles !
Programme sous réserve de modification.
Renseignements :
<mailto »maison.mazel@gmail.com »>
04 66 85 33 33
________________________________________
DOSSIER DE PRESSE
Présentation : Bertand DICALE, journaliste à France Info.
Né d’un père guadeloupéen et d’une mère auvergnate, ce diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et du Centre de formation des journalistes s’est spécialisé dans les musiques populaires et notamment la chanson française, d’une part comme journaliste de presse écrite (longtemps au Figaro, ainsi que dans diverses publications spécialisées, comme Le Monde de la musique), de radio (notamment au Fou du Roi sur France Inter et avec la chronique « Ces chansons qui font l’histoire » sur France Info) et de télévision (notamment deux documentaires sur Juliette Gréco), et d’autre part comme auteur d’ouvrages dans le domaine des cultures populaires.
Intervention : Vendredi 3 juillet à 21h, Salle Stevenson à ST Jean du Gard : « L’étranger dans la chanson française »
Notre culture populaire ne demande pas que l’on ferme les frontières et qu’on rejette à la mer les migrants. Au contraire, les chansons sont nombreuses qui, de Piaf à Cabrel et de Brassens à Bénabar, tendent la main à l’étranger. Mais cela dissimule des ambiguïtés parfois surprenantes…
dicale
Œuvres
Ecrit seul
Biographies, rétrospectives
Gréco, les vies d’une chanteuse, (JC Lattès, 2001 ) Gainsbourg en dix leçons, (Fayard,2009)
Louis de Funès, grimaces et gloire, (Grasset, 2009)
Juliette Gréco, l’invention de la femme libre, (Textuel, 2009
Brassens ?, (Flammarion – Collection POPCulture, 2011) Juliette Gréco, une vie en liberté, (Perrin, 2011) Cheikh Raymond, une histoire algérienne, (First, 2011) Louis de Funès de A à Z, (Tana, 2012 ) Jean Yanne à rebrousse-poil, (First, 2012) Autres thèmes
L’Extravagante épopée du Printemps de Bourges, (Hugo image : le Printemps de Bourges, 2007) Miscellanées de la chanson française, (Fetjaine, 2010)
Ces chansons qui font l’histoire, (Textuel/France Info, 2010)
Maudits métis, (JC Lattès, 2011)
Les chansons qui ont tout changé, (Fayard/France Info, 2011)
La Fleur au fusil, 14-18 en chansons, (Acropole/France Info-France Bleu, 2014)
Collection
La Chanson française pour les nuls, (First Éditions, 2006)
Les Années 80 pour les Nuls, (First, 2013)
En collaboration
Claude Askolovitch et Bertrand Dicale, Chemin faisant, entretien avec le Grand-Rabbin Joseph Sitruk (Flammarion, 1997)
Denis Demonpion, Bertrand Dicale et Jacques Layani, Amoureuse et rebelle : histoires d’amour et lettres inédites de Arletty, Édith Piaf, Albertine Sarrazin – Collection Anne-Marie Springer, éditées et commentées, (Textuel, 2008)
Anne Gonon et Bertrand Dicale, Oposito, l’art de la tribulation urbaine, (L’Entretemps, 2009)
Lise Lévitzky avec Bertrand Dicale, Lise et Lulu, (First, 2010)
Pascal Nègre, en collaboration avec Bertrand Dicale, Sans contrefaçon,( Fayard, 2010)
Bertrand Dicale, photos d’Hervé Tardy, New York en 50 chansons,( Tana, 2012)
• Bertrand Dicale, photos de Carène Souhy, Paris en 50 chansons, (Tana, 2012
Daniel Darc, entretiens avec Bertrand Dicale, Tout est permis, mais tout n’est pas utile, (Fayard, 2013)
________________________________________
André Langaney est né en 1942. Il est généticien, professeur à l’Université de Genève, spécialiste de l’évolution et de la génétique des populations. Il a été directeur du laboratoire d’anthropologie biologique du Musée de l’homme. Il est aussi vulgarisateur et chroniqueur satirique. Il collabore à Siné Mensuel sous le pseudo. de Dédé-la-Science. Il explique qu’« il n’y a pas de marqueur génétique de la race » et que les prétendues « races humaines » ne sont donc qu’un concept culturel.[2]
André Langaney
Son blog : l’anarchronique.
Intervention : samedi 4 juillet à 11h.
Principaux livres (la plupart épuisés …)
Le sexe et l’innovation, Seuil 1987 ;
Les Hommes, Armand Colin 1988 ;
Le sauvage central, Chabaud 1991;
Tous parents, tous différents, avec A. Sanchez-M. et N. Hubert v.B., LGB, Uni. de Genève et Musée de l’Homme 1995 ;
La plus belle histoire de l’Homme avec J.Clottes, J.Guilaine et D.Simonnet, Seuil 1998 ;
La philosophie … biologique, Belin 1999 ;
L’injustice racontée à ma fille, Plon 2001 ;
Si Hippocrate voyait çà ! , avec J.Bernard et C. Lestienne, Robert Lattes 2003.
La vie en rut, avec Carali, éd de l’Enragé 2009
Ainsi va la vie, éd Sang de la terre 2012
« Mille siècles de migrations »
Contrairement aux autres grands singes, les humains préhistoriques se sont déplacés rapidement sur de très vastes territoires, très différents, en diversifiant à l’extrême leurs modes de vie et de subsistance, leurs cultures et même leurs types physiques. Ceci, au moins jusqu’à ce que le néolithique sédentarise la plus grande partie de l’espèce, aggrave la territorialité et les compétitions, de l’hypothétique « guerre du feu » à la criminelle fermeture des frontières.
« Et le singe devint con » écrivait François Cavanna…

Voir la suite du dossier de presse

Poivrier 56, Été 2015

Sommaire du Poivrier 56, Été 2015
*Edito. A.Gilles
* Programme des rencontres d’été : »L’étranger »
* »Il n’y a plus de pélicules » J.Verseils;
* « L’aventure des travaux de la maison Mazel, une utopie presque réalisée  » J.Y.Colleu.
*Annonces
* Poème « Fraternité » de J.Orphelin.
* Interview de Robin Bonzon.
* « Le pas des mendiants fera trembler la terre. » J.M. Delcourt.
* Présentation du livre de s.Ghirardi « Lettre ouverte aux survivants »
* « Une campagne d’appels aux dons sur Ulule » Isabelle Bourgueil.

Poivrier n° 55 printemps 2015

Sommaire:

  • Ca y est c’est parti!!! campagne Ulule
  • Editorial Ph.Lafaye de Micheaux
  • Le bras de fer de la Grèce avec Bruxelles J.Balvet
  • E.ON menaces en cévennes L.Carbonel
  • Areva plonge et le nucléaire P.Péguin
  • A propos du message aux Israéliens P.Cabanel
  • Grèce pays délinquants? J.M.Delcourt
  • Programme des XI° rencontres du film documentaire L’Etranger

télécharger le numéro

Poivrier n° 54 automne 2014

télécharger Poivrier 54

Sommaire:

  • Editorial: financement participatif Alix Gilles
  • Parler de vraie démocratie est en démasquer une autre
  • Message de l’association A.Mazel aux Israéliens
  • In tenebris,lux,la foi à l’épreuve du feu R.Delteil
  • Mes rencontres d’éré J.M.Delcourt
  • Projet cinéma avec l’Oustal
  • Soirée avec G.Nicolas
  • Les mots-maux de l’Europe J.Berttrand
  • Les droits culturels: des droits méconnus CL.Dalbera-Géminard

Abraham Mazel-Portrait

Il y a d’abord son prénom « Abraham » comme un souffle venu des origines de notre civilisation. Et le nom Mazel, parfaitement occitan. Le lieu où l’on tue le mouton. Nom qui le place dans cette colline de Falguières surplombant le Gardon, dans cette famille humble et pauvre, lui le cardeur de laine.
C’est l’homme-prophète.
On est sans portrait de lui mais son teint se confond avec l’obscurité profonde des forêts. Son corps sera noueux, doué d’une énergie sans égale. Il n’est ni obligé d’être pur comme Rolland, ni d’être vu comme Cavalier. Il est à la fois seul, qui se retire des combats quand il veut méditer ou guérir d’une rougeole, et à la fois le frère que tous reconnaissent. Comme Géronimo il est shaman de guerre. « Piètres combattants » ainsi qu’ ils l’affirment tous deux, ils conduisent leur peuple sur une autre terre.
Encore aujourd’hui il reste inclassable, peut-être le seul irrécupérable, maintenant que le camisard fait recette. Même pour le tourisme, même pour l’association Abraham Mazel, encore moins pour l’Église protestante. Trop violent, trop exalté, trop intransigeant, trop Mazel… Et ceux qui s’en réclament, même qu’un peu et de loin,  sont exclus de tous bords. Jugé (post-mortem) comme terroriste, il est sans image, sans sépulture. Et pourtant le vent nous ramène incessamment sa présence.