Théâtre « La puissance du manque » Raymond Ceuppens

La puissance du manque
La puissance du manque

De «La puissance du manque» texte théâtral de Raymond Ceuppens :

L’auteur est un écrivain prolétarien.
Il était ouvrier marinier, et photographe à temps perdus dans un quartier de Bruxelles où se concentrait une pauvreté insondable.
Sa pièce est inspirée directement de cette expérience de plusieurs années, révélatrices d’anecdotes auxquelles il a été mêlé et qui ont déclenché chez lui une profonde et pathétique envie de comprendre et mesurer les fondements complexes de la pauvreté.
Julius, son personnage pivot est convaincu qu’il est impossible de lutter pour son éradication si on ne parvient pas à dire tout ce qu’elle est, tout ce qu’elle entraîne, tout ce qui la provoque. Il se lance donc, jusqu’à négliger sa propre misère, jusqu’à mettre en péril sa propre vie familiale, dans des recherches qui devraient lui permettre de dresser la liste de tous les manques qui caractérisent la pauvreté.
Le manque d’argent est certes le plus apparent, mais il est loin de rendre compte des misères, des drames, des doutes et des révoltes que les pauvres vivent et affrontent.
Julius est ainsi estomaqué par l’énergie que les pauvres parviennent à déployer pour simplement survivre. S’il leur était possible de la mettre ailleurs, elle serait une formidable puissance pour l’humanité.

La pauvreté est un mal, dit Julius. Un mal contagieux. Quand elle intervient, lutter contre elle est d’une difficulté extrême.
Il est impératif qu’on la prévienne… avant qu’il ne soit trop tard.

Débat avec  « Les restos du coeur »,  la « Boutique solidaire » de l’Oustal à Saint-Jean du Gard et  « L’entraide »de Mialet.

20190427-Raymond Ceuppens

 

Théâtre: « La fin de l’homme rouge » (ça s’est passé le mardi 31 octobre…)

On a dû refuser du monde !
On a dû refuser du monde !

affiche homme rouge

 à la Maison Abraham Mazel à Falguières (Saint-Jean-du-Gard) le mardi 31 octobre à 20 heures.

1917 -2017

Le centenaire de la révolution soviétique
qui a conditionné l’histoire mondiale du XXème siècle

C’est dans cette perspective que le Théâtre des Rues, compagnie belge de théâtre-action, nous propose sa nouvelle création, adaptée du livre éponyme de Svetlana Alexievitch, Prix Nobel de Littérature 2015.

La Fin de l’Homme rouge ou le temps du désenchantement

« La Fin de l’Homme rouge » est un spectacle polyphonique singulier, qui fait résonner les voix de témoins brisés. Des humiliés et des offensés, des mères déportées avec leurs enfants, des staliniens impénitents malgré le Goulag, des enthousiastes de la Perestroïka ahuris devant le capitalisme triomphant et, aujourd’hui, des citoyens désemparés face à l’instauration d’un nouvel Etat fort. Tous porteurs de question existentielles et qui nous disent : « Qui êtes-vous pour nous juger ? Qu’auriez-vous fait de mieux à notre place ? »

3 comédiens avec une belle énergie!
3 comédiens avec une belle énergie!

Un spectacle qui nous interroge sur les choix politiques de l’Union européenne, comme sur la compréhension que nous devrions avoir de la Russie contemporaine. Au-delà des pouvoirs en place, quelles complémentarités les peuples russes et occidentaux peuvent-ils concevoir ?

Le nombre de places étant très limité, il est indispensable de réserver: 06 56 76 96  90.

Durée du spectacle : 1 heures 50

Pour plus informations : Théâtre des Rues 04 66 61 82 49

courriel : theatredesrues@skynet.be

Et pour terminer la soirée:un bortch lituanien , extra!
Et pour terminer la soirée:un bortch lituanien , extra!