Sommaire Poivrier n° 75

Le Poivrier n° 75 est à paraitre prochainement.

  • Edito : rapport moral du président (P.L afaye de Micheaux)
  • PV de l’AG
  • Solidarité Ukraine
  • Insécurité, coup d’état et solidarité au Burkina Faso (C. Dalbera)
  • Programme des Rencontres du film
  • 17 octobre 1961 Ouradour sur Seine (partie 2)
  • Disparition de D.Tutu (+ appel des 7 prix nobel seulement s’il y a de la place)
  • « Savoir résister quand tout s’effondre » (Livre)
  • Lecture Colum Mc Cann
  • La domination par le langage : interview de Sandra Lucbert

SOLIDARITÉ UKRAINE DÉCLARATION DE L’ASSOCIATION MAZEL

Samedi  5 mars 2022

Les membres présents à l’Assemblée Générale d’Abraham Mazel ont voulu, avant la tenue de cette AG, exprimer :

 

1/ leur position par rapport à l’invasion militaire russe en Ukraine :

Stop à l’invasion militaire russe en Ukraine, jeune démocratie martyrisée :

pour  le respect du droit à la résistance à l’oppression et des libertés fondamentales.

Il y a plus de deux cents ans, notre député à l’Assemblée constituante qui la présidait, Rabaut Saint Etienne, a obtenu que soient inscrits dans la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen les droits fondamentaux que sont entre autres les droits à la sureté et à la résistance à l’oppression (art.2) et les droits à la liberté de conscience et d’expression (art.10 et 11).

L’Association Abraham Mazel s’honore de porter cette mémoire vive, issue des luttes des camisards pour ces libertés fondamentales, qui sont devenues des principes de base de la nation française et des principes universels tels que réaffirmés par l’ONU après la Seconde guerre mondiale.

A l’heure où les chars russes ont fondu sur le peuple ukrainien pour le priver de ces libertés en violation flagrante de la Charte des Nations Unies et de toutes les déclarations internationales et régionales sur les droits humains, l’Association souhaite vivement réaffirmer sa solidarité avec le peuple ukrainien, sa légitimité à résister aux oppresseurs pour recouvrer sa liberté, selon les moyens et les temps qu’il pourra lui-même décider, avec le soutien actif que toutes les personnes, groupes et peuples qui partagent les hautes valeurs du bien vivre ensemble fraternellement sur notre unique Terre (art.1er de la Déclaration universelle des droits humains).

 

2/ leur soutien en tant que membres d’Abraham Mazel pour des actions de solidarité :

  • dons de matériel médical à déposer au centre de secours des pompiers du Gard

Centre de secours La Glacière St Jean du Gard 04 66 54 26 18

  • donation en argent auprès de la Fondation de France

par internet : fondationdefrance.org

par courrier : Fondation de France- Solidarité avec les Ukrainiens

60 509 CHANTILLY Cedex

  • dépôt de vêtements chauds et des vivres concentrés de 1ère nécessité à

Collecte pour l’Ukraine, Boulodrome, Quai de Bruèges, Alès

  • l’organisation d’accueil des mères et des enfants fuyant les combats

Larisa et Sergiy Nesterenko  « Nos coeurs avec l’Ukraine » 06 78 88 41 48

  • l’impulsion de réunions intercommunales afin de trouver des lieux d’accueil et des possibilités d’activités/travail dès l’arrivée de nos amis ukrainiens.

Russie : la Cour suprême dissout l’ONG Memorial, pilier de la défense des libertés

Article de France Info         publié le 28/12/2021

C’était un pilier de la lutte contre les répressions dans la Russie contemporaine. La Cour suprême russe a ordonné, mardi 28 décembre, la dissolution de l’ONG Memorial. Cette décision intervient en conclusion d’une année marquée par la répression croissante des personnes, ONG et médias perçus comme des critiques du président Vladimir Poutine, au pouvoir depuis bientôt vingt-deux ans.

La juge a déclaré avoir « accédé à la demande du parquet » de dissoudre cette ONG. Début novembre, le parquet russe avait demandé la dissolution de Memorial, l’accusant d’avoir enfreint « systématiquement » les obligations de son statut d' »agent de l’étranger ». Ce label désigne des organisations considérées comme agissant contre les intérêts russes en recevant des fonds étrangers.

Memorial enquête depuis plus de trente ans sur les purges soviétiques et recense les répressions contemporaines, notamment celles du régime de Vladimir Poutine. L’ONG a promis mardi après-midi de trouver des « moyens légaux » pour poursuivre ses activités. « Memorial, c’est un besoin des citoyens de Russie de connaître la vérité sur son passé tragique, sur le sort de plusieurs millions de personnes. Et personne ne pourra ‘liquider’ ce besoin », a assuré l’ONG dans un communiqué.

Quelques heures après cette décision de la Cour suprême russe, le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian, a fait part de son « indignation » et de sa « préoccupation ». « La dissolution de Memorial International est une terrible perte pour le peuple russe qui a le droit de bénéficier d’une connaissance juste de son passé et d’une société fondée sur les valeurs fondamentales portées par le Conseil de l’Europe », a-t-il estimé dans un communiqué.

Le Conseil de l’Europe a d’ailleurs déploré une « nouvelle dévastatrice » et un « jour sombre pour la société civile de la Fédération de Russie ». De son côté, l’Allemagne juge cette décision « plus qu’incompréhensible » car elle « supprime la voix des victimes de l’oppression et de la répression ».